Rechercher dans ce blog

Fil d'actualité Twitter

vendredi 13 février 2009

Feuilleton : La révolution numérique en marche dans la BD (épisode 7)

Suite du feuilleton sur le développement du numérique dans le monde du 9e art.. Voici quelques sites diffusant des albums d’auteurs jeunes ou encore peu connus. Ces sites de BD en ligne sont intégralement gratuits et interactifs. Ils peuvent être reliés à des sites d’édition.

Site d’hébergement

Qu’on le veuille ou non, la lecture de la bande dessinée à l’écran a le vent en poupe. Que ce soit les auteurs qui ouvrent leur site ou leur blog pour publier en ligne leurs dessins ou leurs planches en avant-première de manière promotionnelle ou tout simplement pour montrer leurs travaux dans l’espoir, souvent, d’une publication papier. Mais pour se faire repérer sur la toile, des sites d’hébergements spécialisés de BD en ligne sont nés pour proposer aux auteurs de publier sur un portail dédié à la bande dessinée leurs planches au fur et à mesure de leur production.

Je fréquente trois hébergeurs de BD en ligne en langue française : lapin.org, webamag.eu et webcomics.fr. Ils sont construits sur le modèle américain du célèbre DrunkDuck.com fondé en 2002. Leur principe est le même, les auteurs publient quand ils le souhaitent leurs planches ; les lecteurs peuvent les découvrir au fur et à mesure tout en laissant des commentaires, notamment des encouragements aux auteurs. Il est possible de s’abonner aux flux RSS des BD en ligne en cours. Tout se fait gratuitement. Mais quand le succès est là, autrement quand les connexions et les commentaires sont élevés, l’auteur peut envisager soit de solliciter un éditeur, soit de s’auto-éditer. Les variantes existent évidemment entre les sites.

Le portail lapin.org fait en réalité figure de pionnier puisqu’il publie gratuitement « des bandes dessinées, des comics strips et des webcomics » depuis 2001. Sa spécialité est l’humour sous toutes ses formes, avec une préférence pour l’irrévérence. Le site inclut une communauté avec un forum, un annuaire et une quinzaine de BD régulièrement mises à jour et une dizaine en archives.. On y trouve aussi des bonus avec des fonds d’écran, des jeux… La qualité technique du site n’est pas exceptionnelle, en fait un peu vieillissante, avec notamment un temps de chargement un peu long.

Le nouveau venu webamag.eu propose une répartition des BD en fonction de leur avancement (en cours, terminées ou en pause/abandonnées) et met en avant les dernières mises à jour. Le site accueille 120 auteurs, plus de 6000 planches de plus de 112 « web-BDs ». Les auteurs et les lecteurs appartiennent à la communauté "webamag" et peuvent donc mettre en ligne leurs planches et laisser leurs commentaires. L’équipe du site assure un droit de regard préalable avant toute publication de planche. Aucune publicité n’apparaît dans la version beta.

Créé en 2007 Webcomics.fr est un hébergeur de BD en ligne en pleine croissance. Devenu numéro 1 en France, il héberge plus de 6300 planches relatives à 370 bandes dessinées réalisées par environ 200 auteurs. Le total de pages vues, 3.220.000, témoigne du dynamisme du site. Mais les animateurs cherchent à amplifier le mouvement en mettant au point un annuaire efficace, en communicant davantage autour des albums réalisés, en trouvant de nouveaux partenaires notamment de produits dérivés. Côté technique, les auteurs bénéficient déjà de toutes les spécificités du Web comme les liens hypertextes, l'animation, la vidéo, le texte, le son et les images pour composer leurs planches. Chaque bande dessinée a aussi sa propre adresse internet du type “nombd.webcomics.fr”. L’outil est réellement performant. J'ai un petit coup de cœur pour Vertron que je vous invite à découvrir.

La faiblesse de ce modèle est la solidité de l’hébergeur. Souvent l’auteur ne dispose pas de beaucoup d’informations sur la solidité et le sérieux du portail. Imaginez la mauvaise surprise des auteurs ayant publié sur DrunkDuck lorsque les serveurs ont perdu toutes leurs données en 2003 et 2005 les obligeant à recharger toutes leurs pages…

Ce feuilleton continue lundi 16 février.
Enregistrer un commentaire