Rechercher dans ce blog

Fil d'actualité Twitter

vendredi 27 février 2009

Feuilleton : La révolution numérique en marche dans la BD (épisode 11)

Voici l’avant-dernier épisode de ce dossier sur la révolution numérique en marche dans la BD. Les précédents épisodes ont présenté les différents outils de lecture, les lecteurs numériques, autrement dit l’offre principalement du côté technique. L’évolution technologique converge bien vers le développement de la BD numérique. Où est en la demande ?

Peu ou pas d’études markéting n’ont été diffusées pour le moment sur l’intérêt du public pour la BD numérique. D’autres secteurs culturels ont montré une voie à laquelle les esprits n’étaient pas préparés. Qui a imaginé il y a 20 ans que le baladeur à cassette serait devenu une clé numérique à contenance gigantesque de morceaux téléchargeables sur le net ? Qui a imaginé il y a dix ans que les Coréens ou les Japonais passent leur temps à regarder la télévision ou lire des mangas sur leur téléphone ? Qui a imaginé il y a seulement cinq ans l’essor du commerce en ligne ?

A en croire les premiers acteurs, les solutions proposées répondent à un réel besoin.
  • Faire une sélection parmi les nombreux titres, en surfant sur les sites spécialisés ou en feuilletant les albums de chez soi sur un site de publication partielle en ligne. Première étape d’ailleurs pour acheter la BD en ligne, soit sous forme numérique, soit sous forme papier.
  • Emporter plusieurs albums en un minimum de place pour les lire dans les transports en commun, une salle d’attente ou en vacances. Le numérique permet un encombrement minimum et les outils de stockage sont miniatures et performants.
  • Lire différemment la bande dessinée grâce à des animations sur mesure, ou un rythme programmable et modifiable et surtout la capacité à zoomer sur tel ou tel détail. Pour le livrèl (livre électronique ou e-book), il est possible de faire des recherches dans le texte. Il n’est pas exclu que cette possibilité soit offerte aussi pour la BD.
  • Lire une œuvre à un prix modéré en raison des économies d’impression et de reproduction, de papier et d’encre et éventuellement de réduction de coût de distribution.
  • Accéder à des albums que les éditeurs n’estiment pas intéressants de réimprimer voire même d’imprimer et donc offrir une gamme encore plus large de création d’auteurs et d’ailleurs accéder aux nouveautés de manière accélérée et uniforme sur tout le territoire dès lors qu’on dispose d’une connexion haut débit.
En même temps, le numérique présente encore pas mal d’inconvénient du côté de la demande.
  • La BD numérique sera-t-elle d’un format unique et universel permettant de rendre compatible la lecture quel que soit le support ? et cela dans le temps ? On se souvient tous des cassette vidéos devenues DVD puis Blu-ray. Chaque étape s’accompagne d’une obsolescence des formats précédents.
  • Le lecteur moins jeune pourra-t-il s’habituer à une lecture sur écran dont le confort n’est pas le même que sur papier, sans oublier tous les plaisirs sensuels de la lecture d’un livre (odeur et toucher du papier notamment).
  • Les téléchargements seront-ils fiables dans le temps et nécessiteront-ils un stockage à l’abri des pannes électriques ou machine ?
  • Les diffuseurs réaliseront-ils une diffusion totale des titres ou se limiteront à une sélection capable de générer les ventes et améliorer leur vitrine de produits phare au détriment de la diversité ?
  • Comment se faire dédicacer un album numérique ? Les rencontres avec les auteurs se limiteront-elles aussi à des forums en ligne ou des tables-rondes dans les festivals ?
Les enjeux sont donc vastes et les avis partagés. Aujourd’hui la plupart des jeunes passent bien davantage de temps devant un écran qu’un bouquin ou la télévision. Les nouvelles générations vont sans doute permettre le développement de ce nouveau marché. Une période de transition mêlera les deux modes de diffusion, papier et numérique. A terme, on peut craindre que les albums papier ne soient réservés à des titres à grand succès sous forme de Collector, à des prix évidemment moins populaires. Un accès à deux vitesse à la culture BD.

Tout dépendra de la position des principaux concernés, les acteurs du monde professionnel de la Bande Dessinée. Ce sera le prochain et dernier épisode (provisoirement) la semaine prochaine.
Enregistrer un commentaire