Rechercher dans ce blog

Fil d'actualité Twitter

jeudi 14 mai 2009

Mendiants et Orgueilleux de Golo

Les éditions Futuropolis ont eu l’idée d’exhumer l’un des albums majeurs de Golo, alias Guy Nadaud, sans doute le plus égyptien des auteurs de bande dessinée. Paru initialement dans la collection à Suivre en 1991, Mendiants et Orgueilleux est une adaptation du roman du même titre d’Albert Cossery. Si la toile de fond est une enquête policière sur le meurtre d’une prostituée dont on connaît le coupable, le récit est avant tout une plongée dans la ville du Caire des années 50 et la découverte de personnages hauts en couleur, en particulier ceux que notre société qualifierait de marginaux.

Gohar est un drôle de bonhomme. Éduqué, cultivé, philosophe, il a tout abandonné pour la liberté. Il traîne comme mendiant, vivant de son indispensable cannabis qu’il fume chaque jour. Il fréquente Yeghen, une sorte de poète vendeur de hachich. Il voit aussi El Kordi, un petit fonctionnaire épris d’Akila, une prostituée qu’il veut enlever de son bordel tenu par Set Amina, mais sans avoir les moyens de la combler… C’est justement là qu’a lieu le crime. L’inspecteur zélé Nour El Dine, secrètement amoureux de Samir, qu'il présente comme son neveu, compte bien résoudre l’affaire et en tirer gloire.



Le récit ne semble pas linéaire. Il paraît aussi confus que les bas-fonds de la ville du Caire. Et c’est fait exprès. Ici, le lecteur occidental est confronté à une autre conception de la vie, s’égare dans une société chaotique pleine de vices, de perversions et de misères. Les mendiants jouissent de leur plus grande liberté, la paresse. Pourtant l’argent se révèle parfois indispensable pour réaliser les rêves hallucinogènes. L’auteur justifie une autre conception de la vie : « cette misère inaliénable, ce refus de participer au destin du monde civilisé recelaient une telle puissance que nulle puissance terrestre ne pouvait en venir à bout. » C’est aussi un regard sur un inspecteur torturé par ses tendances homosexuelles qu’il cache dans les quartiers sordides. L’orgueil n’est pas seulement de vouloir gagner de l’argent, c’est aussi refuser de vivre sa différence. Là encore, les mendiants apparaissent sans tabou… Dans le dessin, on retrouve des influences variées. Certains personnages font penser aux Pieds Nickelés. Golo peint cet univers avec une vraie crédibilité, une ligne claire assez ronde et des couleurs envoûtantes.

A redécouvrir.
____________
Mendiants et Orgueilleux
de Golo d’après Albert Cossery – Futuropolis - Février 2009 - 17,00 €
Chronique initialement publiée sur le site lgbt-bd

Enregistrer un commentaire