Rechercher dans ce blog

Fil d'actualité Twitter

dimanche 30 août 2009

Bref hommage à Raymond Poïvet

Il y a dix ans aujourd’hui disparaissait à l’âge de 89 ans le dessinateur Raymond Poïvet. En 2007, le Festival Quai des Bulles lui rendait hommage avec une exposition sur un ouvrage inédit redécouvert sous un matelas par le fils de l’auteur. Faust – un scénario de Rodolphe – montre l’incroyable talent indémodable de Raymond Poïvet.


Né en 1910 au Cateau-Cambrésis dans le Nord, Raymond Poïvet étudie à l'École des Beaux-Arts de Paris. Après des débuts comme illustrateur de mode, de publicité et de décoration, il se lance en 1941 dans la bande dessinée. A partir de 1945 et jusqu’en 1973, il publie principalement dans les magazines Coq hardi et Vaillant. Il crée avec Roger Lecureux la série les Pionniers de l'Espérance, qui totalise près de 2000 planches et 81 histoires et qui reçut en 1970 le Grand Prix Phénix.

Parallèlement il réalise la Guerre à la Terre puis Colonel X dans Coq Hardi. Raymond Poïvet multiplie les collaborations avec les magazines notamment féminins et créent de nombreuses BD comme Guy Lebleu paru dans Pilote sur un scénario de Jean-Michel Charlier. Il côtoie de nombreux auteurs dans son atelier parisien (l’Atelier 63 ou studio Trèfle) comme Philippe Druillet ou Marcel Uderzo. Son œuvre sera récompensée au Festival international de la bande dessinée à Angoulême en 1990 par un Prix spécial du Jury. Un prix porte son nom : il a récompensé André Chéret en 2008 et auparavant Albert Uderzo, Cabu, Angelo Di Marco, Marcel Gotlib, Régis Loisel, René Pétillon et Robert Bressy.

Rodolphe et Dominique Poïvet dans l'exposition « Faust, l'album perdu de Raymond Poïvet »
© Manuel F. Picaud – Auracan.com


La découverte de Faust, une bande dessinée écrite par Rodolphe et publiée par le Seuil frappe par la modernité, la finesse et l’élégance de son graphisme… réalisé au stylo à bille. Hormis la chronique parue sur Auracan.com, je vous invite à lire l'indiscrétion sur cet étonnant album toujours sur Auracan.com. A découvrir comme le reste de son œuvre dont il conviendrait d’exhumer davantage de trésors !
Enregistrer un commentaire