Rechercher dans ce blog

Fil d'actualité Twitter

jeudi 17 juin 2010

Adaption BD au cinéma : Tamara Drewe de Posy Simmonds par Stephen Frears

Présenté hors compétition au festival international du cinéma de Cannes, Tamara Drewe est le nouveau film réalisé par le grand Stephen Frears, au mieux de sa forme. Alors que son roman graphique éponyme est sorti en 2008 aux éditions Denoël et a d'ailleurs obtenu le Grand Prix de la Critique 2009 décerné par l'Association des journalistes et Critiques de Bande Dessinée (ACBD), Possy Simmonds voit donc sa chronique grinçante, cruelle et décalée de la société britannique.

Inspirée très librement par le roman du XIXème siècle, Loin de la foule déchaînée de Thomas Hardy, Posy Simmonds s'amuse à croquer un petit monde rural et bobo dans un village perdu de la superbe campagne anglaise. Beth Hardiman, épouse de Nicholas, un écrivain populaire coureur de jupons, a aménagé sa ferme en un havre refuge pour des écrivains en quête de calme pour écrire. Tout semble tranquille dans ce petit village d'Ewedown jusqu'à l'arrivée de Tamara Drewe... Journaliste people, cette belle jeune femme provocante vient vendre la maison familiale mais finit par s'y installer avec Ben batteur d'un groupe de rock. Progressivement le fragile équilibre du village va se fissurer ; chacun va y mettre du sien pour rendre la situation explosive...

Le film restitue bien l'atmosphère de l'album. Lors de la projection privée hier, en présence de Posy Simmonds et Stephen Frears, la salle comble était joyeuse. Le public rit de bon cœur à cette comédie de mœurs à la fois fine et extravagante. Le réalisateur a trouvé une lumière et des plans qui rappellent l'album. Les acteurs jouent avec beaucoup de sincérité. Les adaptations de BD au cinéma ne sont pas toujours réussies. Ici elle l'est franchement. A voir dès sa sortie en salle le 14 juillet 2010. Si vous n'avez pas encore lu l'album, il ressort pour l'occasion avec une couverture souple (ce sera le 4e tirage). Pour vous donner une idée, voici la bande-annonce du film.



Enregistrer un commentaire