Rechercher dans ce blog

Fil d'actualité Twitter

mardi 13 juillet 2010

Auteur BD : hommage à Victor de la Fuente

La BD est à nouveau en deuil. Les éditions Dargaud viennent de faire part du décès de Victor de la Fuente, en date du 2 juillet 2010. Le très grand dessinateur réaliste espagnol avait 83 ans. Son plus grand succès sur le marché franco-belge est la série les Gringos publiée chez Dargaud et écrite par Jean-Michel Charlier puis Guy Vidal.


Né en 1927 en Espagne, Victor de la Fuente s’est lancé très tôt dans l'illustration puis la publicité. Il parfait son art de 1940 à 1959 en Amérique où il crée une agence de pub et collabore à la Dell Publishing de New York. Il revient ensuite en Europe où il publie notamment des récits de guerre à Londres. Avec Victor Mona il initie en 1967 Sunday un premier western. Il poursuivra régulièrement ce genre qu’il affectionnera avec Amargo, Mortimer, évidemment les Gringos de Jean Michel Charlier puis Guy Vidal sur la révolution mexicaine, sans oublier quelques épisodes de Tex.


Ce spécialiste de la BD didactique participe à l’aventure de l’histoire de France en bande dessinée et découvrir la bible pour les éditions Larousse, mais encore des biographies dessinées de grands personnages comme Charles de Gaulle ou Molière, ainsi que des personnalités chrétiennes comme Claire d'Assise, Bernard de Clairvaux ou Bernadette Soubirous. Ce thème sera poursuivi avec Patrick Cothias avec une adaptation libre de la vie de Jésus (Josué de Nazareth).


Ce dessinateur réaliste au sens inné du mouvement a aussi lancé dans la revue [à suivre] une première série d’héroïc-fantasy, Haggarth. Eclectique, il aborde aussi les genres d’aventures contemporains et historiques comme Haxtur et Mathaï-Dor, la Sibérienne, ou les Anges d'acier et Cœur de fer avec Victor Mora, ou encore Francis Falko avec François Corteggiani et même une série mort-née Aliot écrite par Alexandro Jodorowsky.


Pourtant l’un des dessinateurs les plus internationaux, Victor de La Fuente est sans doute un artiste trop méconnu dont le talent aurait mérité d’être mieux valorisé. Il reste de nombreux récits ainsi que quelques ouvrages collectifs auxquels il a participé. La rédaction d’Auracan.com s’associe à moi pour lui rendre ainsi hommage et présenter nos sincères condoléances à sa famille.
Enregistrer un commentaire