Rechercher dans ce blog

Fil d'actualité Twitter

mercredi 15 décembre 2010

Collection BD : une planche d'Orion de Jacques Martin

Samedi dernier, Christophe Fumeux animait avec François Dougier et Stéphane Jacquet la dernière vente aux enchères de l'année 2010. L'automne a été particulièrement riche en événements et pourtant le public n'a jamais autant répondu présent. La vente du commissaire priseur Coutau-Bégarie à Drouot a été un nouveau succès avec notamment de belles ventes de planches de Philippe Francq (9.400 €) ou Enki Bilal (19.000 €) et de Franquin (deux planches de Gaston Lagaffe achetées par le même acquéreur à 39.000 et 26.000 €. Un dessin de la famille de Michel Vaillant de Jean Graton s'est envolée à 8.100 € et une illustration de Martine par Marcel Marlier est partie à 8.500 €. Les prix sont toujours cités hors frais. Au total peu de lots recalés. Autant dire que les organisateurs étaient ravis.

Dans l'allégresse générale, je me suis offert une planche originale de Jacques Martin. Il s'agit de la planche 5 du Lac Sacré, publié il y a vingt ans par les éditions Bagheera. C'est le premier album de la série Orion et le dernier album que le père d'Alix terminera seul avant qu'une affection oculaire l'en empêche ensuite. Pour Brieg F. Haslé, qui se présente désormais aussi comme historien de la BD depuis qu'il multiplie de beaux papiers encyclopédiques sur le neuvième art notamment dans Planète BD édité par Hachette, cet album est sans doute le "Chant du cygne" de Jacques Martin.

Cette planche situe à la fois l'époque et les personnages principaux. On y voit une reconstitution impressionnante de l'Acropole de la cité d'Athènes mais aussi le personnage d'Orion avec son arme favorite, un arc transformable en fouet, ainsi que Périclès. Le catalogue présentait cette planche réalisée à l'encre de Chine comme "la plus belle de l’album". J'avoue n'avoir pas pu résister de m'offrir ce cadeau de Noël. A noter que la série va revenir en fin janvier avec un nouvel album, Les Oracles, réalisé intégralement par Marc Jailloux. J'aurai l'occasion d'y revenir !
Enregistrer un commentaire