Rechercher dans ce blog

Fil d'actualité Twitter

mercredi 16 mars 2011

Scénariste BD : happy BéDay Laurent Galandon !

Laurent Galandon célèbre aujourd’hui son 41e anniversaire ! Invité permanent de ce blog, il est l'un des scénaristes qui compte aujourd'hui. Après avoir baigné dans l'univers du cinéma, il apporte cette culture pour réaliser des histoires pleines de sens, propices à la saine indignation et supports pour un indispensable devoir de mémoire. En l'espace de peu d'années, il a élargi ses collaborations tant avec des dessinateurs que des éditeurs, tout en restant l'un des piliers de la collection Grand Angle. En mars 2011, il vient de publier deux nouveaux albums Bamboo. Après une année 2010 riche en projets et quelques sorties, il prépare de nombreux albums à venir dans les deux prochaines années.

En 2010, les éditions Bamboo ont continué de mettre en avant le titre le plus primé de Laurent Galandon, à savoir L’Envolée sauvage avec coffret, nouvelle couverture et vidéo incluse. Le dessinateur Arno Monin s'est remis sur le T.2 du diptyque l’Enfant maudit, une fausse suite de L'Envolée sauvage qui s'intéressait au destin de deux gamins au moment de la Shoah. Et Laurent Galondon vient d'annoncer qu'il prépare un deuxième cycle de L'Envolée sauvage avec Hamo au dessin. Il vient de terminer deux diptyques, Tahia el Djazaïr dessiné par A.dan proposant un autre regard sur la Guerre d’Algérie et Le Cahier à fleurs avec Viviane Nicaise sur le génocide arménien en 1915. Enfin, il a aussi participé à l'album collectif, Les Faucheurs volontaires, publié par les Dessin'acteurs, une association dont il est membre. En 2010 il sera aussi l'un des commissaires d'une exposition Regards dessinés sur les génocides au Centre du Patrimoine Arménien de Valence. Il poursuit d'ailleurs sur ce thème en participant prochainement à une conférence à Marseille en compagnie de Kkrist Mirror le 30 mars 2011.


Pour 2011, Laurent Galandon vient de faire paraître le premier volet d'un triptyque passionnant, Les Innocents coupables, dessiné par Anlor et évoquant les bagnes d’enfants à la veille de la Première Guerre mondiale. Son diptyque Shahidas, sur les femmes islamiques kamikazes devrait enfin être achevé par Frédéric Volante. Chez Bamboo, il prépare encore pour 2012 un autre diptyque, Pour un peu de bonheur, sur le retour dans son village dans les Pyrénées d'une gueule cassée après la Première Guerre mondiale et dessiné par A.dan qui ne cesse de se bonifier. Mais chez d'autres éditeurs, il a engagé deux autres projets, sous forme de diptyque, d'une part chez Dargaud, La Vénus du Dahomey mis en images par Stefano Casini, d'autre part au Lombard, dans la collection Signé, La Reine Apache, une sorte d’histoire policière dans le milieu de la prostitution dessinée par Kas. Et il coécrit avec Maximilien Le Roy un récit complet Vivre à en mourir sur un épisode de la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale à paraître au Lombard. Enfin, Laurent Galandon prépare pour 2012 un nouveau grand projet chez Bamboo. La Lignée sera une série en quatre tomes écrits par quatre scénaristes Laurent Galandon, Jérôme Félix, Olivier Berlion et Damien Marie et racontera une terrible malédiction dans une famille : les ainés ne dépassent pas les 33 ans... La conception est donc à la manière des séries de télévision avec une équipe de scénaristes.

Pour aller plus loin, je vous invite à relire le billet paru l’an passé sur ce blog : bd75011.blogspot.com/2010/03/scenariste-bd-joyeux-anniversaire.html, à relire l'interview réalisée en 2010 et publiée sur Auracan.com et à consulter son blog particulièrement riche en informations de première main : workinprogresslg.blogspot.com. J’ai eu la chance de l'accompagner au festival international de la bande dessinée à Alger. Spécialiste des diptyques, même s'il n'en fait pas une exclusive, Laurent Galandon est un scénariste doué, capable d'émouvoir ses lecteurs par des histoires sensibles au cœur de l'Histoire. D'années en années, il élargit ses champs d'investigation, ses formes de récits et se dirige même vers des genres moins engagés. Sa difficulté - comme pour beaucoup de scénaristes - est souvent de trouver des dessinateurs disponibles pour ses projets. J'apprécie les conversations avec Laurent Galandon qui dépassent largement le neuvième art. Nous nous recroiserons au plus tard en juin 2011 au festival de La Seyne-sur-Mer près de Toulon et j'espère à Alger. Je lui souhaite un excellent anniversaire.
____________
Photos de Laurent Galandon à Alger en octobre 2010 © Manuel F. Picaud / Auracan.com
Enregistrer un commentaire