Rechercher dans ce blog

Fil d'actualité Twitter

jeudi 21 avril 2011

Auteurs BD : Interview d'André Juillard et Yann

Le Lombard fait l’événement avec un nouvel album de la collection Signé. Mezek réunit en effet deux auteurs qui souhaitaient travailler ensemble. L’intrigue est construite sur fond de guerre d’Israël en 1948. Album de guerre, Mezek est avant tout une histoire humaine autour d’un aviateur mercenaire très secret au service de l’armée israélienne pour combattre la coalition arabe. En prenant soin de bien documenter leur récit, les deux auteurs réalisent un album qui ne laisse pas indifférent. Rencontre avec le Bruxellois Yann et le Parisien André Juillard dans une célèbre pâtisserie des Champs-Élysées… L'intégralité de l'interview est en ligne sur Auracan.com avec d'autres visuels.

Photo Yann et André Juillard © Manuel F. Picaud / Auracan.com

N’est-ce pas étonnant que ce sujet n’ait pas été traité avant vous en bande dessinée ?
Yann : J’ai en effet été étonné que personne ne le traite avant moi.
André Juillard : Nous n’avons vraiment eu aucun problème avec les éditeurs. Ici nous avons décidé de le faire au Lombard car je m’étais engagé auprès d’Yves Sente, du temps où il était directeur éditorial. Mais Dargaud aurait voulu le faire. Il est possible qu’avant, des éditeurs aient eu peur que cela fasse polémique. Moi, je savais que Yann est sérieux. Quand il s‘empare d’un sujet, il l’étaye par une solide documentation.
Yann : Tout est vrai à 80% y compris les pilotes juifs qui ont combattu dans la Luftwaffe pendant la guerre, ce qui m’a donné l’idée de cette histoire. La difficulté était de trouver un équilibre entre le contexte historique très documenté et une histoire qui tienne par elle-même. Il faut faire des choix rapides car je n’ai pas le temps de tout explorer.


N’avez-vous pas craint que la thématique prête à la polémique ?
André Juillard : Au vu de l’histoire, je ne vois pas ce qui aurait pu paraître polémique. Si les hypothèses avaient été un peu douteuses, je n’aurais jamais marché. Je n’ai vu qu’une histoire humaine avec un personnage tourmenté comme je les aime. Assez ambigu, Björn n’est pas vraiment un héros, mais un bon pilote. On ne parle pas des Palestiniens car ce n’est pas le sujet. L’ennemi est totalement invisible. On voit principalement ses avions. Le seul soldat ennemi qu’on voit est un mercenaire allemand volant sur un avion syrien. Si on cherche, on pourra trouver sans doute des sujets de polémique, mais nous sommes surs de nos intentions !
Yann : Je veux bien en discuter si quelqu’un trouve que l’album est antisémite. On m’a reproché que les pilotes juifs sont caricaturaux, agressifs, méchants, brutaux, les mercenaires plus sympathiques, purs, nobles, mieux dessinés. On peut voir de l’antisémitisme partout...
André Juillard : Que les mercenaires aient l’air en colère, on ne peut que les comprendre. Ils défendent leur pays et leur peau. Ils ont vécu directement ou indirectement des drames épouvantables. Ils peuvent difficilement être sereins et tournés vers l’avenir. Et ils ne sont pas tous comme cela. Leur commandant est un vrai chef de guerre. Les mercenaires n’étaient pas dans le même état d’esprit. Ils pouvaient être en effet plus détendus. Leurs enjeux n’étaient pas les mêmes. Ils étaient des aventuriers qui avaient besoin d’action mais qui trouvaient surtout que la paye était bonne. Une fois le conflit fini, ils partiront ailleurs.


Pourquoi une tournure tellement psychologique à ce récit de guerre ?
Yann : Si ça avait été avec un autre dessinateur, je n’aurais pas fait cette histoire là. Avec Romain Hugault, j’aurais développé la partie aviation, plus de bases aériennes et de confrontation avec l’adversaire. André n’est pas un metteur en scène de combats aériens. Ce serait tombé à plat. Dans ses combats aériens, ses avions sont vraiment trop proches les uns des autres. Romain Hugault va me tuer quand il va lire l’album ! [rires] Du coup j’ai introduit davantage de personnages féminins et développé une intrigue plus psychologique. Avec le même pitch, on peut faire dix histoires différentes, au moins cinq très différentes ! Je préfère donc m’adapter au dessinateur.


Vous aviez d’ailleurs déjà écrit une histoire sur ce thème dans un autre registre, non ?
Yann : J’avais fait une première version pour un autre dessinateur, Marc Lumer, il y a 22 ans. Je ne l’ai pas montré à André au départ. C’était très gros nez, au moment où je ne faisais que de l’humoristique. J’avais un traitement qui était entre les Innommables et Célestin Speculoos. J’avais été surpris au départ par le fait qu’Israël avait dû sa survie à des avions allemands. J’étais frappé par cette ironie de l’histoire. Mais 20 ans après c’est l’aspect psychologique du pilote de l’avion allemand que je trouve bien plus intéressant. Dans 20 ans, je ferais encore mieux ,mais c’est trop tard : c’est sorti ! [rires]


D’où vous vient cette passion pour les histoires d’aviation ?
Yann : Si je pouvais, je ne ferais que cela. Depuis le début, je propose de telles histoires mais cela n’intéressait pas les éditeurs. Grâce à Romain Hugault qui a dépoussiéré ce style, tout le monde en sort ! Gamin, je passais mon temps à réaliser des maquettes d’avion. Cette passion me vient sans doute de la lecture de Buck Danny ainsi que Tanguy et Laverdure, séries qui m’ont passionné. J’ai d’ailleurs essayé de reprendre Buck Danny avec un dessinateur qui faisait de l’excellent boulot. Mon scénario a été accepté par Dupuis, mais refusé par le fils Charlier. Je proposais de remplir les trous laissés par Charlier pour cause de censure. Cela ne m’intéressait pas de voir Buck Danny plus âgé continuer de piloter ses avions. Je suis davantage fasciné par les avions à hélices et me replonger dans la guerre de Corée ou d’Indochine. J’aurais aussi aimé faire des albums sur sa jeunesse dans les années 1930. Ca aurait été hors collection. On m’a demandé d’en faire une dizaine pour voir si c’était crédible. Mais le fils Charlier a tout bloqué.
André Juillard : J’ai toujours aimé les avions. J’avais un oncle pilote général dans l’armée de l’air. Je n’ai par contre jamais eu la patience de faire des maquettes, mais j’ai acquis une collection de modèles réduits parus chez Atlas. Et j’ai acheté tous les avions qui dataient d’avant les années 1960. Après, ça m’intéressait beaucoup moins visuellement. Quand Yann m’a parlé de son histoire, je suis allé voir ma collection et j’ai retrouvé un Messerschmitt et deux Spitfires !

Propos recueillis par Manuel F. Picaud en avril 2011
Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation préalable
Photo et Interview © Manuel F. Picaud / Auracan.
Visuels
© André Juillard et Yann / Le Lombard, collection Signé
Merci à Diane Rayer du Lombard
Enregistrer un commentaire