Rechercher dans ce blog

Fil d'actualité Twitter

lundi 4 avril 2011

Exposition BD : Traits résistants à Lyon

Lyon aime la bande dessinée. Elle le prouve une nouvelle fois avec une passionnante exposition sur la résistance et la BD. Alors que les albums sur ce thème fleurissent ces dernières années, il était intéressant de revenir sur l’évolution et la perception de la Résistance depuis les années 40 jusqu’à nos jours. Finalement l’exposition Traits résistants propose une vraie histoire du neuvième art au travers du prisme de la Résistance française et métropolitaine. Premier tour d’horizon en image...




Deux musées spécialisés dans l’histoire de la résistance, le Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation (CHRD) de Lyon et le Musée de la résistance nationale de Champigny-sur-Marne, se sont associés pour proposer une exposition inédite et originale sur la Résistance et la BD, en partenariat avec la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image d’Angoulême, la Bibliothèque municipale de Lyon, les éditions du Lombard et des collectionneurs privés. Depuis le 31 mars et jusqu’au 18 septembre 2011, le rez-de-chaussée et le sous-sol du CHRD sont envahis par des planches, documents et objets ayant trait à la Résistance. L’exposition Traits résistants propose un parcours original imaginé par son commissaire passionné, Xavier Aumage, universitaire et archiviste au Musée de Champigny. Il permet de mesurer l’évolution de la bande dessinée, la perception de la résistance sur les 70 dernières années, mais aussi d’en comprendre la diversité. C’est donc une double approche pédagogique que les organisateurs offrent aux visiteurs avec l'objectif d’élargir le public.


A l’heure où Stéphane Hessel en appelle à la résistance avec ses feuillets Indignez vous, le thème est évidemment d’actualité. L’exposition éclatante et pétillante est décomposée en trois grandes parties.

La première salle propose une fresque murale géante représentant d’une part la chronologie des événements politiques et culturels depuis 1940, d’autre part les périodiques et les albums réalisés sur le thème de la résistance en bande dessinée. Déjà une manière de voir combien chaque époque traite le sujet à sa manière et selon une vivacité variable. Elle finit par une kyrielle d’albums dans les années 2000. Comme pour la Première Guerre mondiale avec Tardi, un auteur, Jean-Pierre Gibrat avec Le Sursis (Dupuis) a décomplexé les auteurs pour apporter un nouvel éclairage à cette période à la fois sombre, controversée et diverse.

La seconde salle découvre les secrets de fabrication d’un album de bande dessinée. L’exemple est Résistances (Le Lombard) de Claude Plumail et Jean-Christophe Derrien. Le premier épisode est paru en 2010 et le deuxième est annoncé pour juillet 2011. Il suit le parcours de trois jeunes gens à partir de l’entrée de l’Occupant allemand à Paris. L’exposition montre les différents stades du scénario à la mise en couleurs, en passant par les esquisses, les crayonnés, l’encrage et la documentation. On pourra comparer les photos d’archives avec certaines cases de l’album, dont en avant-première le T.2. Dommage que la plupart des pièces de Claude Plumail ne soient pas des originaux mais des copies.


Le sous-sol est l’espace le plus important et se décompose lui-même en 9 sous-parties bien délimitées par des pièces ou des couleurs différentes. La mise en scène réalisée par Fixart est particulièrement réussie, proposant un chemin de visite, mettant en évidence des objets dans des vitrines et des extraits d’un collectif à paraître au Lombard. Là les originaux et les pièces d’archives sont nombreuses et sont très impressionnantes. On y trouve de véritables trésors à commencer par l’intégrale éblouissante du diptyque La Bête est morte de Calvo. Les ayant-droits de l’auteur ont en effet accepté pour la seconde fois de montrer au public cette œuvre majeure qui n’a pas pris une ride. Certes l’album dont les musées partenaires sont particulièrement fiers est dans une vitrine et ne peut être feuilleté. Peut-être le musée aura-t-il l’idée de tourner les pages régulièrement pour en faire admirer le contenu.


Les neuf composantes de l’exposition principale est organisée autour de neuf objets emblématiques. Ce sera d’ailleurs l’organisation d’un album collectif à sortir à la fin de l’exposition. Neuf dessinateurs vont mettre en images des histoires courtes écrites par Jean-Christophe Derrien avec l’assistance de Xavier Aumage autour de chacun de ces neuf objets comme une sacoche (Rescapé Gerhard Leo par Béatrice Tillier), un revolver (Cas de Conscience par Hugues Labiano), une autre arme (Un Bleu par Olivier Brazao), des tampons (L’Autre Doisneau par Raphaël Drommelschlager - ci-contre), une caméra (Le Témoin par Jean Trolley), un disque de la Libération (Le Bruit des Balles par Olivier Grenson). La couverture est dessinée par Béatrice Tillier. Les dessinateurs ont été réunis par le scénariste. Le sujet en a séduit beaucoup. Dans plusieurs espaces, il est possible de lire des extraits à différents stades de ces histoires d’un excellent réalisme et d’une précision historique redoutable, valant les félicitations des familles pour le travail fourni.


Le détail de l’exposition sera présenté dans un deuxième billet. Dans les grandes lignes, ce panorama montre comment la Résistance est représentée pendant la Guerre, et aux différentes époques d’après guerre. On y voit l’évolution des stéréotypes attachés à l'image du résistant de la période de l'Occupation à nos jours. Ils se retrouvent autour de plusieurs thématiques comme l’unité, le maquis, la lutte armée, le sauvetage ou la parole libre. Avec des bornes d’écoute, une vidéo de Stéphane Levallois (La Résistance du Sanglier / Futuropolis -ci-dessous), des planches originales de Philippe Jarbinet (Airborne 44 / Casterman - ci-contre), Sylvain Vallée (Il était une fois en France / Glénat), H. Tonton (Petits Bonheurs / Vents d’Ouest), … se confrontent à des documents, des revues, des magazines BD. C’est fascinant de trouver autant de belles pièces très bien mises en valeur. Pour mieux profiter de ce programme, autant participer à la visite guidée et commentée.


L’exposition reste ouverte jusqu’au démarrage des travaux de rénovation du CHRD. Pour les organisateurs, c’est une manière de finir en beauté avant une réouverture en 2012 pour fêter les 20 ans du musée. On aurait pu penser que l’exposition irait ensuite à Champigny. Mais non ! « Nous avons joué le jeu du partenariat » explique le Directeur du Musée de Champigny. « en revanche, nous réfléchissons à un format réduit et itinérant qui pourra faire le tour des communes de France, des écoles et des festivals. » Pour profiter de cette exposition à la fois inédite et exceptionnelle, arrêtez vous à Lyon. Vous pouvez profiter des festivals du mois de juin par exemple.


Les deux directions des musées organisateurs commencent à faire le bilan de cette expérience commune. Une chose est presque sure, la bande dessinée aura désormais sa place dans la collection permanente du musée dans la rénovation envisagée du CHRD de Lyon avec son exposition permanente qui va être totalement revue et celle du musée de Champigny. Autant dire que le commissaire passionné aura fait avancer non seulement la cause de l’Histoire mais aussi du neuvième art. L’entrée de la BD dans les musées nationaux ne sera plus alors une concession éphémère, mais un fait durable. Elle ravira les auteurs mieux reconnus, le public qui reconnaîtra ou découvrira des œuvres historiques et les historiens qui pourront mesurer l’évolution de l’iconographie. Réjouissons en nous !

__________________________
Exposition temporaire Traits résistants jusqu’au 18 septembre 2011 au Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation - http://www.chrd.lyon.fr- Espace Berthelot - 14 avenue Berthelot - 69007 Lyon – ouverture du mercredi au vendredi, de 9h00 à 17h30 et le samedi et le dimanche de 9h30 à 18h00 – entrée 5,00 € (réduit : 3,00 € ; gratuit pour les moins de 26 ans) ou avec l’exposition permanente 6,00 € ((réduit : 4,00 € ; gratuit pour les moins de 18 ans)
Photos © Manuel F. Picaud / Auracan.com

Couverture Résistances T.1 © Claude Plumail - Jean-Christophe / Le Lombard
Album T.2 Quand la bête est terrassée © Victor Dancette - Edmond-François Calvo/ Gallimard - éditions G.P. - juin 1945
Enregistrer un commentaire