Rechercher dans ce blog

Fil d'actualité Twitter

lundi 23 mai 2011

Auteur BD : hommage à Paul Gillon ...

Paul Gillon venait de fêter ses 85 ans. Dix jours plus tard, il s'est éteint. C'était samedi 21 mai. Né à Paris le 11 mai 1926, ce grand auteur complet de bande dessinée connu pour son élégance à tout point de vue, son franc parler et son intelligence est l'un des auteurs majeurs de la BD réaliste. Malgré son âge avancé, il continuait sa saga familiale dans l'univers des avocats, L’Ordre de Cicéron écrit par Richard Malka.

Paul Gillon a démarré il y a plus de 60 ans comme illustrateur et caricaturiste autodidacte. Ses nombreux séjours à l'hôpital et au sanatorium en raison d'une coxalgie, une espèce de tuberculose des os, lui ont forgé le caractère et l'ont incité à imaginer ses propres histoires. Son modèle de dessin est sans nul doute Milton Caniff. En 1947, il entre à l’hebdomadaire Vaillant où lui est confiée la série Lynx Blanc écrite par Roger Lécureux, après l'avoir testé sur les FFI. Sa collaboration avec des hauts et des bas donnera notamment lieu à un intéressant Fils de Chine qui a été récemment réédité par Glénat dans la collection Patrimoine BD.


Paul Gillon mène grande vie dans le milieu du show-biz en multipliant la production bien rémunérée dans des genres très divers. En 1959, il démarre une collaboration à France-Soir où il publie jusqu’en 1972 un feuilleton quotidien 13 rue de l’Espoir écrit par François et Jacques Gall. Il œuvre également pour nombre de journaux ou magazines de Mickey à Femmes d’aujourd’hui, sans oublier Métal Hurlant avec Moebius. Avant son premier récit comme auteur complet, Jérémie, il se lance en 1964 comme co-auteur avec Jean-Claude Forest dans une immense saga de science-fiction Les Naufragés du Temps (10 tomes) que les éditions Glénat ont récupéré à leur catalogue et réédité en 2008 et 2009 avec de nouvelles couleurs, une nouvelle maquette et des préfaces inédites).


Ces dernières années, deux ouvrages paraissent dans la collection Aire Libre chez Dupuis : l’excellent diptyque écrit par Denis Lapière intitulé la Dernière des salles obscures réédité en intégrale et le policier la Veuve blanche. Paul Gillon est aussi le premier à accepter de dessiner le couple homosexuel enlacé imaginé pour Quintett par Frank Giroud chez Dupuis. Sans oublier sa participation au 7ème épisode du Décalogue du même auteur chez Glénat. Richard Malka est fier qu'il accepta de dessiner sa série l’Ordre de Cicéron dont il aura pu dessiner 3 albums sur les 4 prévus.


Paul Gillon aura largement contribué à l'essor d'une bande dessinée adulte exigeante sur la forme comme sur le fond. Je rencontrais son fils Mathieu la semaine dernière et évoquais d'ailleurs sa santé fragilisée. Toute la rédaction d'Auracan.com se joint à moi pour présenter à son épouse Nicole, ses enfants, ses proches, ses confrères et ses fans, nos plus sincères condoléances. Comme l'a annoncé un communiqué des éditions Glénat, "Paul Gillon faisait partie des rares auteurs qui sont parvenus au rang de référence académique (même si il en contestait le terme, ndlr) tout en restant à la pointe de l’exigence et de l’innovation. C’était un homme qui a toujours suivi sa voie, guidé par un farouche désir de liberté, mais qui utilisait aussi sont talent comme moteur d’aventures collectives restées dans les annales de la BD. Paul Gillon avait des ambitions pour son art, qu’il a contribué à porter plus haut : la bande dessinée le regrettera." Un grand monsieur nous quitte mais son œuvre reste intacte pour toutes les générations et son étoile continuera d'inspirer de nombreux auteurs...
____________
Photo de l’auteur à Péronne en 2009 © Manuel F. Picaud – Auracan.com
Photo de l’auteur et ses amis auteurs lors du vernissage de l'exposition sur la Première Guerre mondiale à Péronne © Manuel F. Picaud – Auracan.com
Enregistrer un commentaire