Rechercher dans ce blog

Fil d'actualité Twitter

lundi 9 mai 2011

Scénariste BD : disparition de Carlos Trillo

Les éditions Delcourt viennent d'adresser un communiqué de presse annonçant le décès la nuit dernière à Londres du scénariste argentin Carlos Trillo. En voici l'intégrale avec l'auto-portrait ci-contre datant d'il y a seulement quelques jours.

"Ce brillant scénariste argentin, né à Buenos Aires le 1er mai 1943, avait débuté sa carrière en tant que chroniqueur sportif. Il devint ensuite rédacteur dans une revue féminine, puis collabora à des revues humoristiques. Ses premiers scénarios furent publiés dans la revue Satiricon, dont il était le directeur artistique. Les collaborations s’enchaînèrent ensuite avec entre autres Alberto Breccia en 1975, Horacio Altuna pour Merdichesky, Bernet et Eduardo Risso avec la série Fulù . En 1979, il publia Histoire sans paroles avec Mandrafina puis Le Fouineur et Spaghetti Brothers. Il fut récompensé du prix du meilleur scénario à Angoulême en 1998 pour La Grande Arnaque dessiné par son complice Mandrafina. Bernet, Domingues, Pablo Tunica, Walter Fahrer, Juan Saenz Valiente.... Toutes les générations ont adoré travailler avec cet homme de cœur.

Carlos Trillo était venu en France en janvier 2009 à l’occasion du festival d’Angoulême car son ouvrage L’Héritage du colonel (une création pour les éditions Delcourt) était nommé dans la sélection officielle. Son dernier album publié en France, La Guerre des magiciens, dessiné par Mandrafina, également une création pour les Éditions Delcourt, est paru le 6 avril dernier."

Je me joins à l'éditeur et adresse mes sincères condoléances à sa famille, ses fans et ses amis. Je n'avais pas eu l'occasion de le rencontrer. Mais j'avais notamment beaucoup apprécié son dernier album La Guerre des magiciens au cœur de l'Allemagne nazie et sa série Spaghetti Brothers chez Vents d'Ouest. Glénat publie en mai l'intégrale en petit format de Fulù dessiné par Eduardo Risso. De nombreux ouvrages de cet auteur prolifique n'ont encore jamais été publiés en France. Le 9e art perd une très belle plume.
Enregistrer un commentaire