Rechercher dans ce blog

Fil d'actualité Twitter

samedi 10 septembre 2011

Exposition BD : Annie Goetzinger à la Galerie Oblique

La Galerie Oblique a rouvert ses portes avec une exposition consacrée à l'élégante et charmante Annie Goetzinger. La sortie prochaine du nouvel album sur Marie Antoinette, la Reine fantôme a été célébrée lors d'un vernissage ce mardi 6 septembre 2011. Deux salles de la galerie proposent de découvrir une sélection de 23 planches originales, la couverture et les pages de garde de l'album écrit avec Rodolphe et à paraître chez Dargaud le 16 septembre 2011. La salle la plus haute de plafond présente aussi 4 dessins inédits qui à eux seuls méritent le détour. Visite guidée en images d’un vernissage très convivial.

Marie-Antoinette, la Reine fantôme
est le nouvel opus consacrée à la dernière reine de France avant la Révolution. Chez Emmanuel Proust était sorti dernièrement l'album Marie-Antoinette de Pascal Croci et Françoise-Sylvie Pauly qui ne nous avait pas vraiment emballé malgré les prouesses techniques. C'est la même approche mais un style graphique différent qu'adoptent Rodolphe et Annie Goetzinger. Et sans détour, cet album est le plus réussi des deux auteurs. L’histoire croise deux personnages à plusieurs siècles d’intervalle. L’héroïne, Maud de Brunhoe est une peintre fortunée vivant dans les années 30. Lors d’une soirée de spiritisme en Normandie, elle fait apparaître le spectre de Marie-Antoinette. Non seulement le fantôme ne la quitte plus, mais parvient à communiquer avec elle. Condamnée à l’errance perpétuelle pour avoir été jeté dans une fosse commune, la dernière reine avant la Révolution l’appelle à l’aide pour trouver le repos éternel…

Photo Annie Goetzinger © Manuel F. Picaud

Côté graphisme, Annie Goetzinger renoue avec l’aquarelle qui donne un caractère plus exceptionnel à son exposition. La subtilité de ses couleurs avec des effets de transparence accentue encore la beauté de son dessin délicat, où les costumes et les décors sont étonnants de réalisme. Le lecteur se rend vite compte combien l’illustratrice s’est emparée de son sujet et - comme elle l’exprime elle-même - est entrée en empathie avec son sujet. Finalement, même étranger à cet univers, il est porté et transporté dans cette évocation historique. Les deux scénaristes ont su distiller des informations précises tout en laissant parfois le flou nécessaire sur une biographie parfois controversée. Au final, cet album, édité dans la collection Long Courrier de Dargaud, est une très belle révélation de la rentrée.

Photo Jean-C. Denis et Annie Goetzinger © Manuel F. Picaud

Pour l’exposition, les galeristes ont eu deux initiatives heureuses. D’une part, ils ont habillé un mannequin d’une belle robe du XVIIIe siècle empruntée à une collection de l’Opéra de Paris, complétée par un châle chiné par Annie Goetzinger. D’autre part, Pierre-Marie Jamet, à l’initiative de cette exposition, a incité l’auteure à réaliser quatre œuvres totalement inédites. On s’est demandé comment on pourrait les appeler. Ce ne sont pas vraiment des réhauts : de grandes illustrations insérant les deux héroïnes de l’histoire dans des gravures anciennes. En fait, la dessinatrice a trouvé un port-folio datant du début du XXe siècle comprenant des photos anciennes des appartements du château de Versailles. Quatre d’entre elles ont été scannées, agrandies et retravaillées. Elle a ensuite peint ses personnages dessus qui semblent s’y insérer tout à fait naturellement. Les pièces uniques et non publiées sont vendues 850 € quand les planches dépassent les 1000 €. Après réflexion, Pierre-Marie Jamet propose l'expression « dessin original sur tirage estampe. » Annie Goetzinger aura le fin mot en les qualifiant de ses « plaisirs ».

Photo Annie Goetzinger et Jeanne Puchol © Manuel F. Picaud

Née à Paris, Annie Goetzinger aurait voulu être dessinatrice de mode. Ses études à l’école des Arts Appliqués la conduisent à essayer la BD et la voilà rapidement chez Pilote, puis d’autres magazines BD. Primée à Angoulême en 1975 pour son premier album Casque d’Or, elle a connu son premier succès grand public avec la série Felina sur un scénario de Victor Mora dont un somptueux portfolio est paru chez BD’Empher. En solo ou surtout avec Pierre Christin, elle réalise à partir de là de nombreux albums sur des thèmes sociaux, historiques ou policier. Notamment de superbes Portraits souvenirs, et sa série du moment, l’Agence Hardy (6 tomes chez Dargaud), une série au cœur de l’actualité européenne de la fin des années 50. Annie Goetzinger est l’une des premières à aborder le sida en BD dans l’Avenir perdu sur un texte écrit par Jonsson en 1992. Illustratrice de presse dans La Croix, ses dessins ont été repris dans un somptueux Regard des Jours sur des textes de Bruno Frappat. Elle dessine plus souvent des histoires complètes comme la Diva et la Kriegspiel ou un le roman graphique le Tango du disparu réédité dernièrement chez Flammarion.

Photo Rodolphe, Annie Goetzinger, Pierre-Marie Jamet et Pierre Christin © Manuel F. Picaud

De nombreux auteurs, éditeurs, galeristes « concurrents », journalistes et divers invités étaient venus saluer et féliciter Annie Goetzinger, tenant discrètement une coupe de champagne en main. Ses scénaristes Rodolphe et Pierre Christin bien sûr ; le second a tenu à dire qu’il n’avait pas comme défaut la jalousie et n’en voulait donc pas à Annie pour son infidélité avec Rodolphe. Jean-C. Denis, Florence Cestac, Jeanne Puchol, Léo, Jean-Marc Pau avaient notamment fait l’amitié de passer et ont trouvé des mots touchants pour qualifier le travail de l’artiste dont la modestie et le doute ne la quittent jamais. Occasion aussi de rencontrer l’architecte Philippe Morin. Le co-fondateur avec Pierre-Marie Jamet du Fanzine PLG en 1978 a signé l'aménagement de la galerie et a aussi rénové la Galerie 9e art. Sur la placette du Village Saint-Paul, l’atmosphère était donc bien à la fête. Une excellente opportunité de découvrir en avant-première un album qui fera date pour les deux auteurs.


___________
Exposition-vente Annie Goetzinger
(Marie Antoinette, la Reine Fantôme, coscénario de Rodolphe) jusqu’au 24 septembre 2011 à la Galerie Oblique - galerieoblique.com - Village Saint-Paul - 17 rue Saint-Paul - 75004 Paris
Dédicace
de l'album Marie Antoinette, la Reine Fantôme avec Rodolphe et Annie Goetzinger le 24 septembre de 16h00 à 19h00
Photos
© Manuel F. Picaud

Enregistrer un commentaire