Rechercher dans ce blog

Fil d'actualité Twitter

mardi 11 octobre 2011

Un festival de bandes dessinées européennes en Chine

La bande dessinée est devenue un art important en Chine, et un festival sur la création européenne y est consacré, du 21 au 23 octobre 2011. Soline Scutella, fondatrice des éditions angoumoisines du même nom et « correspondante » de cet événement pour la France, raconte : « En octobre 2005, j’avais monté un festival de la BD française en Chine, dans le cadre de la clôture de l’année France-Chine. 70 festivaliers y avaient été invités, dont une trentaine d’auteurs, mais aussi des éditeurs, des entrepreneurs. L’équipe chinoise faisait partie du studio Beijing Total Vision, qui représente la plupart des artistes chinois publiés en France. A cette époque, rien n’existait réellement dans le domaine d’échanges sur la BD, qui n’était pas un genre reconnu. Depuis, le gouvernement chinois a décidé de développer la BD. Le festival est né de la volonté du gouvernement, et Beijing Total Vision en est le maître d’œuvre. »

Organisé par l’Académie nationale du film d’animation de Beijing et Beijing Total Vision Culture Spreads Co, le Sino-Europe Comic Festival a pour objectif de faire découvrir aux étudiants chinois les œuvres européennes, mais aussi leur permettre de rencontrer des auteurs et des éditeurs francophones. Une grande exposition, regroupant plus de 200 planches d’auteurs européens, a tourné dans plusieurs grandes villes, dont Shanghai, Hangzhou, Suzhou et Guangzhou, qui ont notamment des formations en bandes dessinées et en animation. A chaque fois, des rencontres, des conférences, des animations avec des Européens. Gerald Gorridge (enseignant à l’école des beaux-arts d’Angoulême), par exemple, a fait le détour en août par Shangzou et Shanghai, et fait partie d'un jury devant remettre des prix d'animation suite à un concours organisé pour les étudiants. La tournée se termine à Beijing, pour ce festival. Pour Soline Scutella, « c’est la première fois qu’un événement de cette ampleur consacré à la bande dessinée est organisée en Chine. Un tournant politique important par rapport à ce mode d’expression a eu lieu en 2010, et du coup, le gouvernement chinois et le ministère de la Culture mettent des moyens pour promouvoir la BD ». Quant aux auteurs présentés, il faut noter Nicolas Poupon, Delphine Rieu, des auteurs des éditions Paquet… et Sergio Toppi (dont c'est le 89e anniversaire aujourd'hui, ndlr).

Du côté de Saint-Egrève, siège des éditions Mosquito, c’est la surprise. Michel Jans, l’animateur des éditions Mosquito, qui défend l’auteur italien depuis une vingtaine d’années, n’en revient toujours pas : « Un jour, j’ai reçu un appel téléphonique, en anglais, me demandant si j’acceptais d’exposer des planches de Toppi en Chine. Je ne comprenais pas très bien. Et tout s’est enchaîné, grâce à des échanges avec Soline Scutella. » Michel Jans continue : « Toppi est vraiment très content, parce qu’il a toujours porté un vif intérêt pour la Chine, et il a réalisé de nombreux travaux sur ce sujet, mais, étonnamment, ce n’est pas ce que les organisateurs ont retenu. »

Au final, ce sont 44 pièces de l’auteur italien sont présentées, provenant de l’album « Sharaz-de » et des livres d’illustrations, notamment le « Bestiaire ». « Les organisateurs exposent des reproductions agrandies de qualité, qu’ils ont réalisées sur place. Nous avons refusé d’être payés, ce qui compte pour nous est de faire connaître le travail de Toppi, de présenter nos activités internationales et de rencontrer peut-être des auteurs ainsi que des collègues éditeurs. » Et si le choix d’un Toppi peut paraître surprenant, pour Soline Scutella, ce n’est pas vraiment le cas : « Très peu d’auteurs européens de bandes dessinées sont connus là-bas, mais les Chinois apprécient énormément deux d’entre eux, Moebius et Toppi, et les étudient même dans les écoles de beaux-arts. »

Quoi qu’il en soit, le programme du festival, qui sera inauguré officiellement par le gouvernement chinois, prévoit des dédicaces, des conférences et des rencontres avec les étudiants.

Enfin, parallèlement, l’ambassade de France, partenaire du festival, organise via le Centre culturel français, des expos et des dédicaces, notamment de Nicolas Poupon (auteur notamment du Fonds du bocal chez Glénat, mais aussi, et surtout, de l’album jeunesse Fleur de géant, aux éditions Scutella.

© Mickael du Gouret

_____________________________
Propos recueillis par Mickaël du Gouret en octobre 2011.
© Mickaël du Gouret / Auracan.com
Photo Scutella
© DR
Photo Toppi devant la vitrine de la galerie Daniel Maghen en 2007
© Manuel F. Picaud
Illustrations © Toppi / Mosquito
Enregistrer un commentaire