Rechercher dans ce blog

Fil d'actualité Twitter

lundi 14 novembre 2011

Colloque Figures indépendantes de la BD mondiale

L'ACME, le groupe de recherche en bande dessinée organise un colloque Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale : tirer un trait/tisser des liens » à l'Université de Liège du 16 au 18 novembre 2011. Sur la page dédiée, vous trouverez le programme complet et particulièrement intéressant.

Le colloque cherchera à « dessiner les contours essentiels d’un phénomène multipolaire, d’un réseau complexe de ramifications et d’échanges [...] et de dégager des lignes de forces qui caractérisent cette « culture internationale » Plusieurs universitaires et chercheurs, mais aussi quelques auteurs et éditeurs comme Jimmy Beaulieu ou Jean-Christophe Menu se succèderont à la tribune de la Salle académique ou de la Salle des Professeurs pendant trois jours.
On y dressera un panorama complet et international de la bande dessinée indépendante, avec un coup de projecteur sur le Liban et la Serbie, et évidemment sur la Flandre et les Pays-Bas, ou encore l'Amérique du Nord et la Grande-Bretagne autour du comics ou des romans graphiques. On y réfléchira sur les formes d'édition, sur les formes de commercialisation notamment dans le cadre d'expositions dans les galeries et sur ses formes esthétiques ou thématiques. On se posera la question de la valeur culturelle de ces œuvres oscillant entre l'underground et le grand public. On abordera aussi la BD numérique alternative. On y projettera aussi le dernier film auto-adapté de Poulet aux prunes de Marjane Satrapi jeudi soir au centre culturel Les Grignoux.

Pour ma part, j'ai retenu en particulier la présentation de Camil Escoubet qui évoquera les nouvelles tendances de la mise en exposition de la bande dessinée. « L’exposition de la bande dessinée appelle d’emblée à un paradoxe inhérent à la seule nature du Neuvième Art : celui de tenter de concilier la notion de reproductibilité, constitutive du média, et la mise en valeur de ce qui pourrait passer pour la matrice originale de la bande dessinée, que sont les planches originales. Même si le goût pour l’exposition de la bande dessinée est dans une certaine mesure assez ancien, les véritables premiers exemples assumés et réfléchis de cette pratique au cours des années 1960 à 1980 suivent un double mouvement : d’une part, celui de l’apparition puis de la systématisation des expositions temporaires en général ; mais également celui qui est tributaire de l’évolution propre à la bande dessinée, c’est-à-dire la volonté accrue de la part de ses acteurs de légitimer le média autant que l’apparition de nouvelles tendances stylistiques au sein de sa production – l’émergence de la bande dessinée dite « adulte », l’underground américain, jusqu’à l’apparition de la bande dessinée « indépendante », ou d’auteur. L’actuel mouvement d’amplification à l’échelle mondiale des expositions de bande dessinée de ces dernières années, dans ses différentes formes (expositions classiques, expositions « hybrides » ou « expositions spectacle »), est-il plus dépendant à l’un ou à l’autre de ces deux facteurs ? Il s’agit ici de tenter de voir si l’éclosion de la bande dessinée « indépendante » ou « alternative », qui se veut d’avantage porteuse de productions plus « artistiques », joue ou non un rôle prépondérant dans la mise en exposition de la bande dessinée d’aujourd’hui. Il sera nécessaire pour ce faire de confronter les différentes caractéristiques propres à cette bande dessinée « indépendante » – notamment la valeur plastique des originaux chez certains auteurs – aux modalités de son exposition, et voir si les expositions de bande dessinée sont bien bel et bien liées à un retour de « l’aura », celui de la planche originale.»
_______________
Colloque « Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale : tirer un trait/tisser des liens » à l'Université de Liège du 16 au 18 novembre 2011 - entrée libre
Photo Galerie Petits Papiers à Bruxelles © Manuel F. Picaud / Bd75011.blogspot.com
Enregistrer un commentaire