Rechercher dans ce blog

Fil d'actualité Twitter

vendredi 23 décembre 2011

BD et monuments : les collections fleurissent

La bande dessinée cherche en permanence à innover et occuper de nouveaux créneaux porteurs. Les Monuments historiques et les Musées nationaux inspirent plusieurs partenariats. Les éditeurs Futuropolis, Glénat ou les éditions du Signe en sont des exemples. Décryptage...

Le marché de la bande dessinée continue de progresser avec 5300 albums parus en 2011, selon les chiffres à paraître dans le rapport annuel de Gilles Ratier, secrétaire général de l'ACBD. Mais les chiffres d'affaires patinent et les succès sont de plus en plus rares. Une tentation actuelle est d'assurer des débouchés. La preuve par quelques exemples liant éditeurs de bandes dessinées et monuments de France.

Les responsables de la collection Jacques Martin chez Casterman l'ont bien compris en nouant des partenariats locaux comme en Alsace avec Les Voyages d'Alix à Vienna ou Les Voyages de Jhen à Strasbourg de Muriel Chacon. C'est d'ailleurs l'une des meilleures ventes de la FNAC locale alors que le livre didactique illustré n'est pas d'une qualité exceptionnelle. Parfois, cela passe par des souscriptions comme pour Les Voyages de Jhen à L'Abbaye de Villers par Yves Plateau. Les candidats auteurs de la collection sont même invités à faire des démarches auprès des municipalités pour aider à financer un projet. Par exemple à Alésia où doit s'ouvrir en 2012 le MuséoParc en Bourgogne, un nouveau musée sur la résistance gauloise. Les éditions Assor les ont coiffé sur le poteau avec un partenariat avec le nouveau musée et le conseil général de la Côte d'Or. L'album historique et collectif Alésia est notamment dessiné par Christophe Ansar, collaborateur de Gilles Chaillet, et terminé par Jean-Marie Michaud, Laurent Libessart et Ludovic Gobbo. Avec son annexe très richement documentée, cet ouvrage a droit à une superbe couverture. Il permet surtout de découvrir les dernières informations archéologiques sur cette dernière bataille de Vercingétorix.

Futuropolis a signé un intéressant partenariat avec le plus grand musée du monde. Le premier Période glaciaire de Nicolas de Crécy (55 000 exemplaires) est paru en 2005, suivi des Sous-sols du Révolu de Marc-Antoine Mathieu (20 000), Aux heures impaires d’Éric Liberge (20 000), Pour le Ciel au-dessus du Louvre de Bernar Yslaire et Jean-Claude Carrière, Rohan au Louvre de Hirohiko Araki et Un Enchantement de Christian Durieux. Le projet est né sous l'impulsion de Fabrice Douar, éditeur au Louvre, mais également grand amateur de bandes dessinées. Le but est de rapprocher ces deux univers en créant des BD sur Le Louvre. Quelle meilleure manière d'inviter l’art contemporain dans un musée, dont les collections du Louvre s’arrêtent à 1848 ? L'éditeur l'expliquait à Auracan.com en 2009 : « L’idée était de créer une passerelle entre ces deux mondes : ouvrir aux amateurs de BD les collections du musée, et, en même temps, faire découvrir aux amateurs des collections de ce musée l’univers de la BD, leur montrer qu’il y a là aussi des auteurs, des artistes, des œuvres, importants, intéressants. »


Les deux éditeurs précisent bien qu'il ne s'agit pas de commandes institutionnelles car les auteurs sélectionnés pour leur originalité graphique dans un souci de diversité de style et de genre ont vraiment carte blanche. Et finalement les auteurs parviennent à leur manière à « interroger Le Louvre et sa mission en tant qu’espace de conservation, de mémoire et de transmission. » Le succès de la collection est tel qu'initialement prévu en quatre albums, elle pourrait en compter finalement une dizaine. Il y aura notamment un livre illustré Parcours dans le Louvre par Enki Bilal pour la fin 2012 et Un Livre dans le Louvre par David Prudhomme - davidprudhomme.blogspot.com - à la fin du premier semestre 2011. Suivront ensuite Étienne Davodeau en 2013, Taniguchi et Joe Sacco en 2014. Assurément, la qualité des albums a permis de rencontrer un public BD et d'augmenter les ventes au grand public au travers de la librairie du musée. Une vraie réussite à tout point de vue, notamment artistique et commercial.


En 2010, Glénat a inauguré une nouveau partenariat avec le Centre des Monuments Nationaux - www.monuments-nationaux.fr. L'idée vient de Jacques Glénat lui-même. Il a montré dans sa carrière son intérêt pour la patrimoine historique. Outre la collection Vécu, il a aussi édité la trilogie Lyon en BD par Gilbert Bouchard, Le Mont Saint-Michel ou L'Histoire de la Grande Chartreuse en BD par Laurent Bidot - laurentbidot.blogspot.com. Il a même fait restaurer le couvent Sainte-Cécile pour en faire un très envié siège social de la maison d'édition grenobloise. Après les régions avec la collection Terres d'origine chez Vents d'Ouest, il a l'instinct de commander à des auteurs des histoires en un tome se déroulant dans un des monuments les plus visités de France. En 2009 paraît ainsi le thriller Les Flammes de l'Archange par Armand Guérin et Fabien Lacaf sur le Mont Saint-Michel, suivi l'année suivante du Mystère Tour Eiffel par le même duo. Parallèlement, deux albums débutent le partenariat officiel avec les éditions du Patrimoine du CMN, à savoir La Conjuration de Cluny par Alcante et Luca Malisan - www.malisan.it - en 2010 et Carnac, réalisé par Laurent Bidot en 2011. Pour 2012, Laurent-Frédéric Bollée - lfbleblog.blogspot.com - prépare, avec Luca Malisan, Les Amants de Carcassonne. Ce nouveau récit se déroule principalement lors de la Libération de la ville en 1944 autour du poète paralysé Joë Bousquet. Le principe reste le même pour ces cinq histoires policières : découvrir des lieux magiques au travers d'une enquête dans leur cadre historique.

extrait de l'album Les Amants de Carcassonne
©
Laurent-Frédéric Bollée - Luca Malisan / Glénat 2012

Toujours aux éditions Glénat, Éric Adam lance avec son complice Didier Convard et le dessinateur Éric Liberge - ericliberge.blogspot.com - une nouvelle série en partenariat avec le château de Versailles. Cette coédition ressemble aussi au mariage de Futuropolis avec le Musée du Louvre. Le palais le plus visité de France a commandé une trilogie. Dans l'esprit de la collection référence, le couple de scénaristes a conçu une saga originale en trois épisodes se passant en trois époques différentes, future, présente et passée. Pour le premier épisode, l'histoire est écrite principalement par Éric Adam, tandis que Didier Convard a assuré l'essentiel du découpage. L'ensemble est mis en images de manière bluffante par Éric Liberge qui propose de découvrir son travail en vidéo. Contrairement au titre de la vidéo, le titre définitif du triptyque est Le Crépuscule du Roi et devrait sortir à partir d'octobre 2012 chez Glénat.


Finalement, pour clore momentanément ce chapitre, les éditions du Signe ont publié un album sur Les Invalides de Philippe Glogowski et Guy Lehideux en partenariat avec le Musée des Armées. Cette collection Des Monuments et des Hommes accueille aussi un diptyque sur Notre-Dame de Paris, Le Roman de la Tour Eiffel ou Cathédrales, l'Art français. Après la série Résistance de Jean- Christophe Derrien et Claude Plumail, les éditions du Lombard ont publié un très bel album collectif Vivre libre ou mourir ! en partenariat avec le Musée de la Résistance nationale, et d'autres associations de ce type existent. Outre l'intérêt commercial et de financement, il faut bien sûr aussi ajouter à la crédibilité et l'authenticité des œuvres réalisées en collaboration avec des gardiens du patrimoine et des historiens. Du coup, la bande dessinée joue aussi sa carte éducative et constitue l'une des formes les plus efficaces pour évoquer de grandes pages de l'histoire. Mais dans les projets de Versailles et du Louvre, les auteurs ne font que s'appuyer sur les monuments pour créer des fictions parfois bien audacieuses. Enfin, ces échangent permettent d'accélérer les croisements et notamment d'introduire la bande dessinée sous forme d'exposition au sein des plus beaux lieux patrimoniaux. Autant dire que ce mouvement participe aussi à la reconnaissance du 9e art.
Enregistrer un commentaire