Rechercher dans ce blog

Fil d'actualité Twitter

lundi 13 février 2012

Interview sur le festival BD d'Aix-en-Provence


Le journal La Provence s'est intéressé à une partie du rapport annuel de l'ACBD, l'Association des critiques et journalistes de bande dessinée, concernant les festivals. L'annonce de la prochaine édition des Rencontres du 9e art d'Aix-en-Provence, le journaliste Julien Danielides s'est naturellement tourné vers l'auteur du paragraphe concerné. Voici un extrait tiré d'un article complet accessible en suivant le lien suivant : www.laprovence.com/article/a-la-une/comment-aix-est-arrivee-dans-le-peloton-de-tete-des-festivals-bd. Auto-promotion ? Ou promotion d'un festival très sympathique ?

"Les Rencontres du 9e art d'Aix-en-Provence s'affirment comme l'un des rendez-vous les plus courus avec 54 000 visiteurs sur un mois, ce qui les place nettement devant Quai des Bulles de Saint-Malo (32 000 entrées), deuxième festival par le nombre d'auteurs invités (350), BD-Fil à Lausanne (28 000 entrées) et bd BOUM à Blois". Bigre... L'affirmation ne vient pas de la communication du festival aixois de BD, mais d'un rapport très sérieux de la vénérable ACBD - Association des critiques et journalistes de bande dessinée - qui étudie à la loupe, chaque année, ce marché de l'édition, ainsi que les manifestations qui tournent autour.

Et même s'il est parfois délicat de comparer des festivals qui, par essence, ont des durées différentes, il y a là de quoi faire rougir de plaisir Michel Fraisset, directeur des Rencontres du 9e art, et son équipe. Ces derniers peaufinent actuellement le programme de 2012 : cette neuvième édition se déroulera de mars à avril prochain, avec - c'est désormais la formule consacrée - un week-end de dédicaces et autres animations les 13, 14 et 15 avril à la Cité du livre. Un menu qui s'annonce d'ores et déjà alléchant. Mais pourquoi, au fait, un tel engouement, alors que le rendez-vous aixois ne fait pas particulièrement le pari de la facilité ?

Manuel Picaud, membre de l'ACBD et fin observateur de la scène nationale du 9e art, a ses explications : "D'une part, sans doute grâce à ce lieu assez magique, la ville d'Aix, et la Cité du livre, qui offre un bel espace. Ensuite, parce que la programmation du festival aixois est très diverse. Certains autres festivals s'alignent sur une proposition populaire. À Aix, on peut voir toute la grande diversité de la BD, avec même un accent mis sur les œuvres alternatives, modernes. Le troisième point positif, à mon sens, c'est que les expositions, durant ces Rencontres, ne sont pas de simples accrochages, d'originaux ou de copies. À Aix elles sont disséminées à travers la ville, et sont scénographiées, elles ont un sens. Bref, les Rencontres du 9e art méritent vraiment le nom de festival, grâce à la diversité des approches qui sont proposées, et une certaine originalité".

S'il y avait des améliorations à apporter au festival, quelles seraient-elles ? Selon Manuel Picaud, des efforts sont à faire en terme de promotion : "En me baladant à Aix l'an dernier, j'avais noté que la foule en ville et celle de la Cité du livre n'étaient pas les mêmes, il faudrait inciter les gens davantage à venir. Avec un bémol, c'est que, si le festival veut grandir, il faudra trouver un autre lieu".
__________
Photos de l'édition 2011 © Manuel F. Picaud / auracan.com
Enregistrer un commentaire