Rechercher dans ce blog

Fil d'actualité Twitter

lundi 24 septembre 2012

Effervescence de BD sur la Franc-Maçonnerie (épisode 3/4)

En deux mois, trois albums différents sont des polars dans l’univers secret de la Franc-Maçonnerie. Après Hertz et Les Gardiens du Sang créé par Didier Convard, et aussi Ars Magna d’Alcante et Milan Jovanovic paru en mars chez Glénat, et Marcas, Maître Franc-Maçon de Giacometti et Jacques Ravenne paru en septembre chez Delcourt, la démarche de La Conjuration des Vengeurs est-elle toujours la même ?

L’album qui sort le 17 octobre 2012 est le second volet de La Conjuration des Vengeurs. Comme Marcas, il s’agit d’une adaptation d’un roman en bande dessinée publié aux éditions Dervy en 2006. Ici pas de changement de titre, mais les auteurs n’interviennent officiellement pas dans la bande dessinée. Son adaptation est confiée à Joëlle Savey qui a fait ses armes auprès de Frank Giroud, Jean Dufaux et Didier Convard. Elle bénéficie des conseils d’Alain-Jacques Lacot, un éditeur de collections spécialisées dans l’ésotérisme et la Franc-Maçonnerie, fin connaisseur de cet univers. Comme dans Marcas, l’un des scénaristes utilise un pseudonyme. Dans le premier cas, Jacques Ravaud se fait appeler Ravenne. Dans le second, Jacques Viallebesset entretient le mystère sur son identité réelle.

Ici encore, la BD offre un regard précis et bien documenté sur les obédiences maçonniques françaises, répond aux attaques habituelles contre ces sociétés secrètes, mais soulève aussi leurs liens supposés avec des services secrets comme la CIA pendant la guerre froide. Ici aussi se succèdent des meurtres selon des rituels précis et scabreux, particulièrement complexes à décrypter, sur fonds de complot. Comme dans Marcas, on imagine assez vite que le protocole semble se rattacher au meurtre d’Hiram, personnage biblique où il est présenté comme l’architecte du Temple de Salomon sur le chantier duquel il est tué dans des circonstances douloureuses. Cette légende constitue un des socles de la Franc-Maçonnerie spéculative (par opposition aux Francs-Maçons opératifs qu’étaient les constructeurs de cathédrales) et permet de très nombreuses allégories...

Dans ce second épisode – qui pourrait avoir des prolongations – le Capitaine Marc Delano, au caractère bien trempé, mais méconnaissant l’univers maçonnique conduit son enquête avec l’appui d’un spécialiste érudit, Robert Anderson (Anderson est aussi le nom des Constitutions qui fondent la Franc-Maçonnerie vers 1723 en Angleterre). Viendront-ils à bout et à temps à la Conjuration des Vengeurs ? Le chemin sera encore parsemé de cadavres et réserve des surprises. Dans ce second volet dessiné avec un peu plus d’aisance par Cyrille Ternon, les auteurs prennent le chemin du doute et du chaos, pour tenter de faire passer un message : la nécessité de revenir aux fondamentaux pour défendre les vraies valeurs de la Franc-Maçonnerie. Une sorte d’éveil où toute personne intéressée devra poursuivre ses recherches…

Malgré les points communs, les deux albums prennent des directions bien différentes mais offrent un panorama complémentaire sur la Franc-Maçonnerie tout en remettant en cause certaines idées reçues. Plus critique, La Conjuration des vengeurs aurait mérité un mémo permettant de séparer le bon grain de l’ivraie. À noter enfin la similitude troublante avec une croix gammée et une personne en arme des deux couvertures des premiers tomes d’Ars Magna d’Alcante et Milan Jovanovic paru en mars chez Glénat et de Marcas, Maître Franc-Maçon de Giacometti et Jacques Ravenne paru en septembre chez Delcourt. Marketing ?
____________________
La Conjuration des vengeurs - T.2 : Les Nobles Voyageurs - de Cyrille Ternon (dessin),  Joëlle Savey (scénario) - Glénat, collection La Loge Noire - 17 octobre 2012 - 13,90 €
La Conjuration des vengeurs - T.1 :  La Vallée des hommes - de Cyrille Ternon (dessin),  Joëlle Savey (scénario) - Glénat, collection La Loge Noire - octobre 2011 - 13,90 €

 

 
Enregistrer un commentaire