Rechercher dans ce blog

Fil d'actualité Twitter

dimanche 11 novembre 2012

BD75011 prépare son déménagement (J-9)

Certains s'interrogent. "Mais pourquoi Manuel Picaud ne vient-il plus aux festivals ? Pourquoi n'assiste-t-il plus aux réunions chez les éditeurs ? Pourquoi ne réalise-t-il plus d'interview ? Pourquoi rate-t-il tous les vernissages d'exposition ? Est-il malade ? A-t-il choisi une autre route ? Préfère-t-il une autre compagnie ?"

Tous ces propos m'ont été rapportés bien sûr. Rassurez-vous, je vais bien, très bien, au point d'avoir engagé un grand projet de déménagement à Vincennes, dans un appartement aussi propice au travail qu'au repos. Mais voilà, justement depuis quelques mois, je prépare cette échéance, ce qui m'a pris autant d'énergie que de temps de préparatifs et autres contraintes commerciales ou administratives.

Dans ces cas là, il faut choisir. Et j'ai préféré me faire plus rare. La seule exposition visitée est Quelques instants plus tard sur Art contemporain et Bande Dessinée. Le seul festival de fin d'année sera à Blois uniquement la journée du samedi 24 novembre pour la réunion ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée) et la réunion éditeurs. J'ai assisté à deux passionnantes réunions à Épinal sur Franc-Maçonnerie et Bande Dessinée, un sujet assez original pour faire deux allers-retours. Et enfin, je continue de lire de nombreux albums ou livres de bande dessinée. Et je prépare ma partie de rapport annuel pour l'ACBD. Mon vrai retour sera en 2013. Toujours dans la bande dessinée, mais aussi dans l'écriture, les animations de conférences et débats.

Voici une nouvelle photo du salon où s’amoncellent aussi les cartons. Au total il ne me reste plus que 28 cartons à remplir en dix jours. Je suis donc dans les temps. Comme à chaque fois, j'ai posé délicatement quelques albums récents qui méritent le détour ou l'attention. Casterman va publier très vite deux albums qui viendront sans doute grossir les rangs des meilleures ventes de la semaine. D'un côté une nouvelle enquête de l'inspecteur Canardo qui vous fera immanquablement penser à quelques péripéties de la vie politique franco-belge relative aux frasques sexuelles. En fait, Canardo est chargé de s'assurer de la compromission Burt Boverpick, Ministre de la Culture du Belgambourg, avec la très attractive péripatéticienne Betty... Mais la neige vient troubler la machination. Ce numéro 21 plein de retournements inattendus est un régal. D'un autre côté, le T.31 d'Alix va tenter de déjouer un complot ourdi par l'entourage de la Reine Cléopâtre à l'encontre de Césarion, à moins qu'elle soit elle-même impliquée. Cet album assez classique signe l'entrée comme scénariste de François Corteggiani dans cette série de Jacques Martin. Il fait appel à des situations déjà vécues par le jeune gallo-romain, donnant parfois une impression de déjà vu, et l'enquête ne sera que partiellement résolue sur les mobiles de la reine d’Égypte, laissant une certaine amertume. Côté dessin, Marco Venanzi alterne le bon et le moins bon. Il ne tient malheureusement toujours pas le personnage qui n'apparaît que de dos en couverture... J'ai déjà évoqué le diptyque Largo Winch qui situe bien le jeune milliardaire en jeans dans son époque. Les deux épisodes dont le second cartonne au "box-office" allient l'économie et l'action, avec beaucoup de bonheur autant dans le scénario de Jean Van Hamme que le dessin de Philippe Francq. Enfin, les éditions Télémaque propose le premier tome indispensable de Canon Graphique, une anthologie d'adaptations des plus grands chefs d’œuvre de la littérature par des artistes du neuvième art. Trois volumes de 500 pages en couleurs ou noir & blanc sont prévus sur les XIXe et XXe siècle, et la littérature antérieure. C'est un véritable tour du monde autant littéraire que graphique que proposent les promoteurs de ce projet pharaonique. Puissant et inépuisable.
___________
Photo  © Manuel F. Picaud
Enregistrer un commentaire