Rechercher dans ce blog

Fil d'actualité Twitter

vendredi 9 novembre 2012

La Revue dessinée - naissance d’un Magazine d’information en Bande Dessinée

En 2012, quatre revues numériques voient le jour. Deux d'entre elles sont déjà lisibles : BDNag, destiné aux enfants et Mauvais esprit qui privilégie l'humour. Le professeur Cyclope table sur la création tandis que La Revue dessinée combine journalisme et bande dessinée. C'est sur cette dernière que nous nous arrêtons aujourd'hui. Nous avons rencontré l’équipe durant le festival de la bande dessinée et de l’image, Quai des Bulles, à Saint-Malo.

Photo David Servenay, Kris, Olivier Jouvray, Sylvain Ricard, Franck Bourgeron © DR
Un projet original de revue trimestrielle numérique en bande dessinée

Créée à l'initiative de 5 auteurs et un journaliste - Franck Bourgeron, Olivier Jouvray, Kris, Virginie Ollagnier, Sylvain Ricard et David Servenay -, La Revue Dessinée se veut un projet éditorial d'un genre nouveau. Ce sera une revue trimestrielle, numérique et papier, entièrement consacrée au reportage, à l'enquête, à l'investigation et au documentaire en bande dessinée. Bien que consacrée au réel, l'éventail de cette publication sera large : du fait divers au document historique en passant par la biographie tout peut être publié.


Une structure mixte préservant l'indépendance éditoriale

Pour cela, la poignée d'auteurs et journaliste a crée une société, LRD, qui édite le magazine La Revue Dessinée. Pour soutenir ce projet, les cinq hommes ont réussi à réunir un budget « conséquent » qu'ils n'ont pas souhaité dévoiler. S'ils ont obtenu des apports des éditions Gallimard via Futuropolis, de Charles Kermarec, libraire et éditeur brestois et de plusieurs investisseurs, « les auteurs-fondateurs conserveront 80% du capital de la société », explique Kris, permettant à la société d'être indépendante vis à vis de ses financeurs. L'un des avantages des éditions Futuropolis sera de pouvoir lire les projets bien avant leur parution. Elles pourront mettre une option sur ceux qui les intéressent. Un autre tout serait de voir de près au travers La Revue Dessinée le comportement d'une revue numérique. Une sorte de laboratoire de recherche !


Un magazine d'information en bande dessinée

Comment définir La Revue Dessinée ? Elle suivra forcément le courant bande dessinée de reportage qui s'est largement développé ces dernières années. Pour ses créateurs, ce sera une revue d'information qui va utiliser le langage de la bande dessinée. Bien qu'exigeant, le magazine est ouvert à tout style graphique, mais il faut que le trait soutienne le fond, y compris dans l'humour. « Terrain de rencontre », comme il est écrit dans le dossier de presse, la revue permettra aux journalistes comme aux universitaires ou aux scientifiques de s’associer avec un auteur de bande dessinée pour raconter le réel. Conçu comme un magazine numérique, les contraintes mais aussi les possibilités techniques offertes seront nombreuses pour les participants. Alors que la revue envisage aussi une édition papier, l’édition numérique pourra inclure « des bonus propres et toute la vie autour de la revue, la communauté de ses lecteurs etc. » Certains comme Hervé Bourhis et Marion Montaigne publieront une chronique régulière dans chaque numéro. Etienne Davodeau, Hippolyte ou Christian Cailleaux devraient publier des récits documentaires "classiques en une ou plusieurs fois selon la longueur.


Un modèle attractif pour tous les acteurs

Si La Revue Dessinée reste discrète sur les conditions financières, elle offrira aux auteurs selon Kris des « conditions classiques, avec un prix à la page qui, au final, n'aura rien à envier aux pratiques forfaitaires qu'offrent aujourd'hui majoritairement les éditeurs sur ce type de livres ». Quant aux droits, Kris exprime une position claire : « La Revue dessinée prend tous les droits pour ce qui est publié en son sein. Si un éditeur traditionnel est intéressé pour une édition ultérieure en album, La Revue, en accord avec l’auteur, procèdera à une cession de droits, évidemment payante pour l’éditeur et dont la majeure partie reviendra à l’auteur. Un modèle économique intéressant puisque tout le monde (éditeur traditionnel-auteur-La Revue Dessinée) peut y trouver son compte, l’auteur étant payé à l’entrée dans la revue et à la sortie en cas de cession donc, et le financement de la création revenant tout de même moins cher à l’éditeur d’albums. » Quant aux droits numériques, ils seront non-exclusifs : La Revue aura les droits numériques mais l'auteur pourra exploiter ou vendre ses droits sur sa propre contribution, dans les limites de non concurrence prévues par le contrat.


Pionnier de la BD numérique du futur

La mission de la société LRD se veut donc double : à la fois éditeur de La Revue Dessinée et défenseur des auteurs. Loin de vouloir nuire aux éditeurs, les fondateurs veulent que La Revue Dessinée profite à la création. Après une année de gestation, le premier numéro devrait voir le jour au printemps 2013. On trouvera dans la revue aussi bien des chroniques régulières, des récits courts de 20/30/40 pages et des récits à suivre. A ce stade sont envisagées des publications annuelles des recueils regroupant les récits par thème (les meilleurs récits de faits divers de LRD, les meilleures enquêtes politiques, etc.) ou par auteur (pour ceux qui y tiendront des rubriques régulières). La Bande Dessinée en albums est l’évolution des magazines illustrés et en BD comme Pif, Tintin, Spirou, à Suivre. L’évolution de la Bande Dessinée numérique sera peut-être façonnée à son tour par ce genre d’initiative. Le premier numéro est déjà très attendu !

© Hervé Beilvaire avec la touche de Manuel F. Picaud
Un grand merci à David Servenay et Kris
Illustrations © La Revue Dessinée
www.larevuedessinee.fr
larevuedessinee.blogspot.fr target="
www.facebook.com/pages/La-revue-dessinée

Enregistrer un commentaire